La dépigmentation “Douko”, est-elle vraiment une tentation incontournable ?

par Mélissa Ferol
499 Vues

Ma sœur aînée est de teint clair naturelle, sa peau illumine en revanche moi j’ai une peau terne Satinée”

« A 16 ans seulement Magalie se dépigmente cadette d’une famille de 4 enfants elle se sent inférieur par rapport à ces sœurs à cause de sa peau d’événements froncée, elle se croit peu attirante aux regards de ces amis », avoue-t-elle.

La dépigmentation est l’usage de produits cosmétiques dans le but de s’éclaircir la peau et cet éclaircissement sait-on, entraine la destruction de petite cellules existant sous la peau. Ce sont des cellules appelées mélanine qui produisent du pigment noir et protègent la peau contre les rayons solaires et les cancers de la peau. Selon un dermatologue africains Dr Andonaba, ce fléau remonte à 38ans dans le monde. Il poursuit pour dire qu’en effet, il devient de plus en plus rare de rencontrer dans les artères de la ville des femmes au teint noir ciré, satiné ou teint simplement naturel conclut-il.

En Haïti on pourrait penser à un complexe de la peau noire car certaines femmes n’assument pas leur teint naturel, elles affirment tous que c’est un désir de séduction, le désir de se sentir belle aimer par leur partenaire.” Il refuse de m’emmener à la plage il me reproche d’être trop froncée” avoue une jeune femme requérant l’anonymat.

Certains hommes sont en parti responsable de leur manque de confiance en soi. Les produits cosmétiques (créme, lait, savon, pommade) moins cher à base d’hydroquinone qui facilite le travail de transformation qui aura plus tard des conséquences néfastes sur leur santé.

Selon un vénérologue français, la dépigmentation provoque une maladie appelée vitiligo c’est l’apparition des taches blanches sur le tégument. Cette maladie commence à apparaître avant l’âge de 20ans et il poursuit pour dire qu’à côté des complications esthétiques il existe des complications vitales telles que les dermo-hypodermites bactériennes qui sont des infections les plus fréquentes et les plus graves.

Au final, la question de peau noir semble avoir des liens avec la question de race et de société. L’haïtien Jude Cénat, dans un poste sur sa page facebook, un jour a expliqué les propos auxquels il a été victime pour sa couleur. Il a aussi fait mention de plusieurs opportunités ratées à cause de sa race et de sa couleur. Jean Euphèle Milcé dans son recueil de récit « Danfans Malè » publié chez les éditions de la Rosée, a raconté l’histoire d’une famille mulâtresse qui ne voulait pas perdre leur race et allait adopter un enfant latino pour prolonger la famille. Le titre de la nouvelle est « Tèt kontak ». Aujourd’hui, en Haïti, certaine personne semble vouloir être blanc au lieu d’être intelligent. Et si nous étions fiers de notre couleur naturelle afin de ne pas chercher à modifier notre teint ou à le transformer. Je ne pense pas que ça peut vous soulager de vos complexes mais essayez quand même.

Quitter un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Vous pourriez aussi aimer